Bouquine ta thérapie [1] – Les livres prennent soin de nous

DSC07101Je souhaiterai évoquer avec vous un concept qui habite mes pensées depuis longtemps et qui est à l’origine du nom de ce blog. (Après un mois depuis sa création, il serait temps d’en parler !) Il s’agit de la bibliothérapie. Autrement dit, la thérapie par le livre. Ô combien vaste programme…

En faisant une rapide recherche, vous constaterez que l’idée n’est pas encore très répandue en France ou du moins pas fortement ancrée sur ce territoire. Très peu d’articles sérieux évoquent le sujet. En revanche, Outre-Manche, certains médecins prescriraient déjà des livres à leurs patients. Mais pour ce type de thérapie il s’agit souvent de « self-help books » – manuel pour s’auto-traiter – et des ouvrages de développement personnel. C’est là précisément que la bibliothérapie divise déjà ses adeptes : l’approche médical et ses livres « d’auto-traitement » vs bibliothérapie créative usant de la littérature.

les-livres-prennent-soin-de-nous-detambel-couvRégine Detambel, l’auteure du livre sur lequel je m’appuie aujourd’hui pour vous présenter ce sujet, déplore fortement cette application médicale et rêve de remettre la bibliothérapie « aux littéraires, aux enseignants, aux animateurs ». Selon elle, « la bibliothérapie ne doit pas être encadrée médicalement, puisqu’elle vit d’être une évasion hors norme ».

Enfin c’est bien beau tout ça, mais c’est quoi la bibliothérapie ? D’où vient-elle ? A quoi sert-elle ? Comment s’applique-t-elle ? Comment la lecture peut-elle soigner ? Que peut-elle soigner ? Qui sont les bibliothérapeutes ?

La bibliothérapie : une vieille pratique

Soigner par les livres n’est pas tout à fait nouveau : philosophes et écrivains évoquent les bienfaits de la lecture bien avant le XXe siècle. Puis, la bibliothérapie fait ses preuves auprès de soldats traumatisés pendant la Première Guerre mondiale et la Seconde Guerre mondiale. En 1916, en Alabama, le docteur Sadie Peterson Delaney a en effet recours aux livres pour soulager les troubles psychologiques de ses patients.  En France, en 1946, la psychothérapeute Lucie Guillet observe les bienfaits de la poésie sur ses patients.  Enfin, en 1961, paraît une première définition dans le Webster International (dictionnaire anglais) :

« La bibliothérapie est l’utilisation d’un ensemble de lectures sélectionnées en tant qu’outils thérapeutiques en médecine et en psychiatrie. Et un moyen de résoudre les problèmes personnels par l’intermédiaire d’une lecture dirigée. »

Obs_bibliothérapie-1024x501

Illustration by HifuMiyo pour l’Obs

En fait, la bibliothérapie se base sur un principe simple selon lequel la littérature, les mots seraient essentiels pour ressentir et exprimer nos émotions car les « les grands problèmes humains ne sont accessibles que métaphoriquement ».

« Il y a des gens qui n’auraient jamais été amoureux s’ils n’avaient jamais entendu parler de l’amour » La Rochefoucauld

« Partout où je suis allé, un poète était allé avant moi. »
  Sigmund Freud

Les subtilités de la bibliothérapie de Mme Detambel

  • les fictions littéraires forment un domaine complexe et peu prévisible
    Régine Detambel rappelle à juste titre qu’ « un même titre ne produira pas les mêmes effets sur deux lecteurs différents ». Il s’agit donc d’un principe complètement aléatoire et c’est pourquoi, la littérature est difficilement administrable par la science.

  • la séance de bibliothérapie se compose d’un ensemble d’activités diverses
    Régine Detambel « réserve le nom de bibliothérapeute au passeur qui tiendra compte de toutes les vertus du livre à la fois ». Selon elle, « un atelier de bibliocréativité, […] se compose de plusieurs éléments et n’a absolument rien à voir avec un club de lecture ! » La thérapie par le livre doit donc inclure : l’écriture et la lecture à voix haute mais aussi considérer le rapport physique lecteur-livre.

  • «La littérature est principe actif, donc à la fois remède et poison »
    Convaincue du pouvoir de la littérature, Régine Detambel est, comme Kafka, pour une littérature qui secoue, bouleverse son lecteur :

    « On ne devrait lire que les livres qui vous mordent et vous piquent. Si le livre que nous lisons ne nous réveille pas d’un coup de poing sur le crâne, à quoi bon le lire ? Pour qu’il nous rende heureux, comme tu l’écris ? Mon Dieu, nous serions tout aussi heureux si nous n’avions pas de livres, et des livres qui nous rendent heureux, nous pourrions à la rigueur en écrire nous-mêmes. En revanche, nous avons besoin de livres qui agissent sur nous (…) — un livre doit être la hache pour la mer gelée en nous. Voilà ce que je crois. »

Bibliothérapie et professionnels du livre

Le concept de bibliothérapie me fascine. Il entre en résonance avec l’idée que je me fais de mon métier de libraire mais aussi avec mon expérience personnelle de lectrice.

«La bibliothérapie nécessite l’empathie. En effet l’empathie guide le conseiller-lecteur (…) »

Comme le bibliothérapeute, le libraire se doit d’être à l’écoute pour conseiller au mieux un lecteur qui n’a peut-être pas la même sensibilité, les mêmes goûts que lui. Je rêve de pouvoir devenir cette libraire-bibliothérapeute presque parfaite capable de prescrire avec sérieux et bienveillance le bon livre, à la bonne personne, au bon moment.  D’ailleurs, j’ai déjà rencontré mon modèle chez Mr B’s Emporium, une librairie fabuleuse. Mais je vous expliquerai tout ça en détail dans un prochain article…

Je voudrais également approfondir avec vous les super-pouvoirs de la littérature et le rôle du bibliothérapeute. Même si je comprends pour quelles raisons Régine Detambel s’oppose à une bibliothérapie médicalisée, je crois qu’un partenariat/une association avec des spécialistes en psychologie ainsi que des expériences scientifiques pourraient éclairer le professionnel du livre dans sa pratique de la bibliothérapie. Mais j’attendrais de m’être mieux documentée sur le sujet pour vous en reparler. Je pense notamment qu’il faut lire sur le sujet Éloge de la lecture : la construction de soi de Michèle Petit que Régine Detambel cite largement dans son ouvrage.

Publicités

A propos Leaz

Libraire multi-fonction, déjà séduite par les trésors de la littérature jeunesse, j'adore y dénicher ses perles francophones; je découvre aussi les charmes du 9e art et en curieuse invétérée ne peux m'empêcher d'explorer les vertus de la bibliothérapie et autres activités biblio-ludique.
Cet article, publié dans bibliothérapie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Bouquine ta thérapie [1] – Les livres prennent soin de nous

  1. feelireblog dit :

    Tu nous feras une liste de livres qui font du bien ? 😉

    Aimé par 1 personne

    • Leaz dit :

      Oula ! Va falloir que j’accélère ma formation de bibliothérapeute alors !
      En vrai, je pourrais essayer ça pourrait être sympa de s’essayer à une liste de livres qui m’ont fait du bien et d’examiner pourquoi…
      Si toi, tu veux un livre qui fait du bien, je te conseille Frangine de Marion Brunet. Surtout ne lis rien dessus avant de le découvrir. Fais-moi confiance. Je me plante peut-être mais je tente. 😉

      Aimé par 1 personne

  2. ladocattitude dit :

    J’adore ce concept ! 😀

    J'aime

  3. Mary dit :

    Salut ! Je ne peux qu’approuver ce message !
    Tous les jours, les gens viennent me demander des lectures nouvelles, et ce qui pourrait être une discussion anodine peut parfois se finir en « Oui, en fais il m’arrive ça, je ne sais pas trop quoi faire, ca va pas » et là, tu sais que tu peux faire quelque chose pour eux, pas toujours hein, mais tu proposes des solutions parmi ce que tu connais le mieux, à savoir les livres. Et il y aussi le fait que souvent, les lecteurs n’attendent en fait qu’une seule chose, parler à quelqu’un. Pas longtemps, mais le dire à quelqu’un de totalement extérieur. Lire est un acte tellement intime, on projette tellement de soi dans sa lecture, qu’il faut parfois expliquer la situation dans laquelle on se trouve pour que l’autre saisisse la nature exacte du problème.
    En fait, les libraires sont des super héros, c’est dit ! 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s