C’est le 1er, je balance tout ! #4 – Mai 2017

WOUHOUH… C’est VRAIMENT le 1er et je balance tout (ou presque) 😉

1. Top & Flop

Que du top ce mois-ci 😉

The Magicians de Lev Grossman

Attention, attention, jeunes adultes potterhead, je tiens à vous prévenir, ceci n’est PAS la version adulte d’Harry Potter contrairement à ce que des directeurs marketing enthousiastes et libraires bien intentionnés ont pu vous faire croire. Oui, notre héros va bien se retrouver dans un monde de magie dont il osait à peine imaginer l’existence. Oui, Quentin 17 ans, va être accepté dans une école de magiciens. Mais la ressemblance s’arrête là. Et si vous vous attendez à retrouver l’excitation et l’émerveillement que vous avez pu ressentir en lisant Harry Potter vous allez clairement être déçus. En revanche, si vous avez envie de vous plonger dans un récit fantastique fin, bourré de références à d’autres sagas, un récit psychologique qui suit un ado tourmenté dans sa quête du bonheur ou tout simplement du sens à la vie, alors oui,  je vous recommande fortement Les Magiciens de Lev Grossman. #laconditionhumaineçacraint Bref, ça vaudrait bien une critique complète !
Mais vous pouvez aussi aller voir par là :
Focus sur Les Magiciens de Lev Grossman / Justine Shel
Mal de vivre: 3 lectures contemporaines tourmentées| Update / Lemon June

One de Sarah Crossan

Dans un tout autre registre, j’ai envie de vous parler de One dont le sujet est encore plus surprenant que sa forme en vers libre. Car One raconte l’histoire de deux sœurs siamoises. Deux ados, dont le quotidien déjà éprouvant d’ordinaire est bouleversé lorsqu’elles sont obligées d’aller à l’école… En très peu de mots Sara Crossan réussie superbement à couvrir un sujet complexe et à offrir une belle palette d’émotions aux lecteurs.
Psst… Clémentine Beauvais prépare une traduction …

En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut

Un peu de littérature générale pour changer. Et ça faisait longtemps que je n’avais pas eu un tel coup de cœur dans cette catégorie. En attendant Bojangles c’est l’histoire d’un couple qui s’aime d’amour fou, raconté par leur fils qui les suit dans leur folie. Tous les 3 vivent une vie déjantée sur un air de Nina Simone. L’écriture est fluide et rythmée au tempo de la valse. Complétement charmée par la poésie de ce texte je me suis plusieurs fois surprise à lire à voix haute. Bref, c’est le coup de cœur qui rejoint l’étagère des livres préférés, parmi les rares que j’envisage de relire. A mon avis, un classique en devenir.

2. Chroniques d’ailleurs

En grande fan des Autodafeurs, je suis très curieuse de découvrir cette saga de la même auteure, Marine Carteron. L’article enflammé de La tête en clair me laisse à penser que ça vaut le coup ! Et si c’est aussi bien écrit que Les Autodafeurs ça doit en effet envoyé du pâté !

3. Autres trouvailles sur la toile

Ça date de fin mars et vous en avez déjà probablement entendu parlé, mais je pense que ça vaut le coup de continuer à partager l’initiative de ma copine Sandrine : #ENDOPROJET

Et pour en savoir plus vous pouvez aller faire un tour sur skyzo.net où ma copine Youmna a écrit un article sur le sujet :  L’endoprojet prêt à briser le tabou des règles douloureuses. Elle y explique très bien ce qu’est l’endométriose et en quoi consiste le projet de notre copine Sandrine.

4. Réalisations personnelles

Ça fait bientôt un an que je suis en Australie et j’ai enfin posté ma candidature pour le visa. Et pour fêter ça on s’offre un mois de vacances ! Eh ouais tant qu’à faire 😉

Ça veut dire qu’en juin j’aurais normalement plus de temps pour MOI et donc un peu plus aussi pour ce blog. Ce qui ne serait pas un mal étant donné que j’ai 40 000 idées qui n’attendent que moi…

 

Publié dans blogosphère, la toile littéraire | 5 commentaires

C’est le 1er, je balance tout ! #2 & #3 – Mars 2017 & Avril 2017

Tu crois qu’un jour j’arriverais à vraiment le publier le 1er de chaque mois ? Moi je crois que c’est mal barré…

Le mois de février a été assez intense pour moi  parce que j’ai quitté un poste pour commencer un nouveau boulot et puis j’ai enchaîné mars avec l’arrivée en Australie de ma frangine et de son copain. Bref, je n’ai pas lu beaucoup, le choix va donc être vite fait !

1. Top & Flop

Top du top

A Monster Calls de Patrick Ness

Conte moderne à la fois sombre et magnifique, A Monster Calls va bouleverser votre cœur d’enfant.  Il ravivera vos pires cauchemars et vous forcera à y faire face.

Connor mène plusieurs combats en même temps. Il essaye du mieux qu’il peut d’avoir une vie normale alors que sa mère est atteinte du cancer, que son père a refait sa vie aux États-Unis et que sa grand-mère irritante au possible veut l’emmener vivre chez elle et le changer d’école. L’école ne lui offre pas non plus de répit. Quand il n’est pas harcelé, il est pris en pitié… Le monstrueux arbre apparu à la fenêtre est-il là pour l’aider ?

Top ou Flop ?

The Graces de Laure Eve

Avouez-le vous aussi vous craquez complètement pour cette couverture ensorcelante.
The Graces, c’est cette fratrie mystérieuse que tout le monde admire et craint. L’aînée, Thalia est la hyppie parfaite, Fenrin le jeune homme sexy dont toutes les filles sont amoureuses, et enfin la cadette, Summer au style gothique est sans doute la plus rebelle d’entre eux.  La rumeur dit que ce sont des sorciers.  Leurs amis et leurs amours ne sont que des distractions passagères. Mais River, dans sa quête désespérée d’appartenance, a bien l’intention de faire partie de leur clan et surtout de séduire Fenrin…

J’ai un petit faible pour l’étrange et le mystérieux dans la fiction. Et surtout, pour le fantastique ou le paranormal amené doucement dans la réalité… si bien qu’on ne sait plus distinguer ce qui est réel et ce qui fait partie de l’imaginaire… C’est pour cette raison que j’ai plutôt apprécié cette lecture. Enfin… je crois ?

The Graces a de nombreux points critiquables. Notamment, des personnages aux caractères très stéréotypés. Et surtout, j’ai eu l’impression qu’un potentiel énorme a été gâché dans un scénario bof-bof. L’amitié entre Summer et River aurait pu se développer sur des plans bien plus intéressants…

Bref, même après réflexion je reste mitigée sur cette lecture.
ET si vous aimez le genre, allez plutôt lire : Torsepied d’Ellen Potter.

Flop

Book of Friends de Yuki Midorikawa

(Le Pacte des Yôkai)
J’ai voulu me remettre au manga et j’ai bêtement pris le premier que j’ai trouvé à la bibliothèque…
Natsume est un adolescent orphelin, solitaire et un peu étrange. Depuis qu’il est tout petit, il a le don, ou plutôt la malédiction de voir des Yôkai. Terrifiantes créatures qui le poursuivent. Sa situation devient d’autant plus inquiétante lorsqu’il découvre un carnet qui lui donne un pouvoir sur ces Yôkai.
Le gros problème de cette histoire, c’est que c’est très répétitif. Je n’ai pas accroché du tout.

2. Chroniques d’ailleurs


Côté blog
Je suis tombée sous le charme des rendez-vous « Albumez-vous » du blog Un point c’est tout ! C’est tout simple, tous les mois, Victoria nous propose de découvrir une petite sélection d’album faites par ses soins. Au mois de mars elle parlait par exemple de Dans les coulisses de la littérature jeunesse un album bourré d’humour et de références à d’autres albums.

 

Côté Booktube
Coup de cœur pour la chronique en stop motion de Vernon Subutex (Virginie Despentes) par Le Lecteur Lambda – Instant lecture. ! L’intro rock’n’roll a su capturé mon attention en seulement quelques secondes et la suite ne m’a pas déçue.  Le résumé du livre – déjà maintes fois recommandé par mes amis libraires – me paraît juste et surtout très efficace.

3. Autres trouvailles sur la toile

What the Fuck France
Les abonnés de Canal+ connaissent sans doute déjà cette série hilarante qui démonte les habitudes, les traditions et autres bizarreries spécifiques à l’hexagone.

En tant qu’expat’, j’ai déjà eu l’occasion à plusieurs reprises de constater le regard des étrangers sur ces petites manies françaises, et si on a un peu d’autodérision c’est plutôt drôle et parfois très intéressant. Vidéos parfaites pour un public international/multiculturel.

4. Réalisations personnelles

 

 

 

 

 

Février

  • J’ai trouvé un nouveau boulot … en librairie ! Que d’originalité héhé !

Mars

Publié dans la toile littéraire | 4 commentaires

AUSTRA’LITTERATURE #1 – COUPS DE CŒUR

Hello les grenouilles bouquineuses, si vous avez un peu suivi ce blog vous avez remarqué l’irrégularité des publications et vous savez peut-être que je suis en Australie depuis plus de 8 mois.

En grande aventurière que je suis, j’ai travaillé tout ce temps… en librairie ! J’ai donc un peu envie de vous parler de la situation des métiers du livre et de la littérature en Australie. Ça vous tente ?

Voici donc le nouveau feuilleton que vous suivrez tous avec intérêt, j’en suis sûre : Australittérature.

australitterature-1-coups-de-coeurJ’ai pas mal de choses à vous en dire mais pour être honnête avec vous, j’ai moi aussi beaucoup à apprendre sur les trésors que nous cache les livres de ce pays. J’ai donc prévu d’étudier le sujet d’un peu plus près en essayant de cibler ces domaines :

  • les auteurs phares et leurs titres ainsi que les thématiques abordées
  • le rôle des éditeurs, prix littéraires, et magazines
  • le fonctionnement de la chaîne du livre
  • les principales librairies et la compétition en ligne
  • la culture du livre et les bibliothèques et médiathèques
  • la littérature aborigène
  • les booktubers et bloggeurs littéraires

Vaste programme me direz-vous … et y a du boulot ! Mais mon but n’est pas de vous ennuyez à mourir, je vous ai donc préparer quelques coups de cœur parmi mes lectures australiennes pour vous donner un petit avant-goût.

jasper jonesJasper Jones de Craig Silvey
Les amateurs de thrillers seront sans aucun doute happés dès les premières lignes qui nous plonge en plein mystère. Lorsque Jasper Jones, 16 ans, jeune voyou à moitié aborigène réveille Charlie Bucktin, rat de bibliothèque de 13 ans, au milieu de la nuit pour lui révéler un terrible secret. Inutile de vous dire que ce secret va bouleverser leur vie à tous les deux.
Avec ce roman, Craig Silvey nous offre bien plus qu’un simple thriller. Il vous emmène au cœur d’un village australien où vous trouverez des problématiques essentielles et typiques tels que le racisme et la discrimination. Mais également, des éléments caractéristiques plus légers comme le cricket, le bush, la chaleur de l’été….
Et comme si cela ne suffisait pas à vous donner envie de le lire, j’ajouterai que le portrait qu’il dresse du jeune Charlie Bucktin est d’un réalisme remarquable. Vous vous reconnaîtrez sans aucun doute dans ce jeune garçon qui découvre, pour le meilleur et pour le pire, le monde des adultes…

La traduction française est disponible en grand format en impression à la demande. Commandez chez votre libraire 😉

→ en littérature générale
16 et +

looking-for-alibrandiLooking for Alibrandi
Melina Marchetta est maintenant une auteure très reconnue en Australie et Looking for Alibrandi est un titre régulièrement étudié au lycée. Le fait est qu’il dresse un portrait très juste des adolescents australiens, mettant en avant le conflit intérieur qui habite des jeunes nés sur l’île-continent mais dont les origines et traditions étrangères, ici italiennes, sont encore très ancrées dans leur quotidien. Il questionne également la liberté des nouvelles générations à créer leur propre futur, leur propre destinée quelque soit leurs origines. La pression familiale et les attentes de la société pesant parfois lourd sur eux…

Le personnage principal, Josephine Alibrandi a un caractère bien trempé, mais derrière cette forte personnalité se cache la fragilité d’une ado tout simplement à la recherche d’elle-même tout en tombant amoureuse et découvrant des secret de famille…

Bref, Looking for Alibrandi est un roman plein d’humour, parfait pour les ados et jeunes adultes. Une lecture incontournable pour ceux qui veulent découvrir la culture australienne. Il n’y a malheureusement pas de traduction française à ce jour mais je vous assure que ce n’est pas une lecture difficile en anglais !

→ en littérature ados et jeunes adultes
13 et +

pennies-for-hitlerPennies for Hitler
Quelle surprise de découvrir que ce roman historique sur la Second Guerre Mondiale se passe en grande partie en Australie ! Georg est né en Allemagne d’une mère allemande et d’un père anglais. Lorsque Hitler arrive au pouvoir, la tante de Georg les supplie de la rejoindre à Londres. Mais le père de Georg est bien trop amoureux de son pays d’adoption pour accepter l’idée que tout pourrait très mal tourner. Le malheureux est jeté par les fenêtres de l’université par un groupe de la jeunesse hitlerienne qui a découvert qu’il avait des ancêtres juifs. (oui je sais c’est ultra violent, mais j’te jure: #truestory ) Georg et sa mère s’enfuient et Georg est envoyé chez sa tante à Londres.

La suite de l’histoire nous emmène en Australie. Cette deuxième partie et tout à fait fascinante car elle nous offre un tout autre point de vue sur la Second Guerre Mondiale. J’avoue qu’avant cette lecture je n’avais aucune idée de ce que pouvaient être les répercussions de cette guerre à l’autre bout du monde.

Jackie French s’est bien documenté avant l’écriture de ce roman et de nombreux éléments sont tirés de faits-réels et d’anecdotes historiques. Elle est également très douée pour décrire les sentiments du jeune garçon qui, j’en suis sûre, gagnera votre affection.

→ en littérature junior
10 et +

Et toi tu connais des livres Australiens ? des livres sur l’Australie ?  Partage ta science 😀

Publié dans Austra'littérature, autour du livre | Tagué , , , | 3 commentaires

C’est le 1er, je balance tout ! #1 – Février 2017

c-est-le-1er-je-balance-tout-banniere-bicolore-sapin

bannière proposée par Lupiot d’Allez vous faire lire

Hello hello les bouquineurs de l’hexagone et autres contrées francophiles !
Oui, oui, c’est bien moi… I AM BACK ! Enfin, ne parlons pas trop vite hein …

Je profite d’une perche que Lupiot d’Allez vous faire lire (oui encore, elle !) m’a gentiment tendue (sûrement sans se rendre compte de l’opportunité qu’elle m’offrait) pour faire mon GRAND retour avec…

C’est le 1er, je balance tout !

ET BIM on est le 2 février ma cocote, t’as vraiment rien compris et t’as déjà foiré ton entrée…

Une idée très séduisante pour vous offrir un petit update de mes découvertes littéraires et autres péripéties plus ou moins trépidantes. Et comme ça fait 6 mois que je vous ai lâchement abandonné, y a du boulot ! En bref, vous allez voir, je vais tricher un peu parce qu’évidemment tout ne vient pas du mois dernier …

1. Top & Flop

Je vous invite donc à découvrir le top 3 de mes lectures de ces deux derniers mois. Ces trois œuvres abordent différentes thématiques qui me sont chers et surtout, chacune à leur manière, elles mettent en avant une valeur importante : la tolérance face aux différences.  J’espère que les lecteurs non-bilingues me pardonneront pour cette sélection complètement anglophone. Malheureusement, il faut dire ce qui est, et le fait est que je n’ai pas lu de livre francophone depuis belle lurette mais je vous promets que j’essayerais de me rattraper !

  1. The Female of the Species de Mindy McGinnis

female-of-the-speciesGros, gros… non que dis-je… ÉNORME COUP DE CŒUR pour ce roman. The Female of the Species ne vous ménagera pas : violence, sexe, langage… Tout est servi cru. Mais c’est ce qui fait sa beauté et sa crédibilité. Un récit bouleversant qui nous invite à ouvrir les yeux sur la culture du viol et le sexisme qui nous entoure…

Depuis la mort de sa sœur, Alex n’a qu’une idée en tête: vengeance. Vengeance contre tous ces hommes qui se croient supérieurs aux femmes. C’est bien malgré elle qu’elle se rapproche de ses camarades Claire et Jack et commence presque à avoir une vie normal de lycéenne… mais sa vraie nature la rattrape…

2. Bone Gap de Laura Ruby

bone-gap-couv1

Couverture originale

bone-gap-couv2

Couverture anglaise et australienne

Un conte de fée moderne tout doux qui, à mon avis, ravira les lecteurs francophones de Tant que nous sommes vivants d’Anne Laure-Bondoux et de Le livre de Perle de Timothée de Fombelle. Vous y retrouverez en effet cette touche d’onirisme féérique et fantaisiste au milieu d’un décor plutôt réaliste. Perso, j’ai adoré les personnages de Bone Gap, étranges mais tellement touchants.

Si tu veux mon avis, la couverture originale rend vraiment hommage à la singularité du roman que la seconde qui me paraît mettre plus (trop?) en avant le côté magique. Et toi, t’en penses quoi ? Couv 1 ou 2 ?

3. Carry On de Rainbow Rowell

carry-on

Tapez 3 si comme moi vous vous posez des questions sur cette couverture…

J’ai enfin lu Carry On de Rainbow Rowell ! Comme ma collègue n’arrêtait pas d’en vanter les mérites et de le conseiller à tour de bras, je me suis plongée dans cette lecture, pleine d’attentes (grosse erreur, chers lecteurs ! à ne pas reproduire chez vous, bien évidemment).

Du coup, j’ai passé les 100 premières pages à me demander quand est-ce que ça allait enfin envoyer du pâté et qu’est ce que tout le monde pouvait bien trouver de si formidable à ce livre dont l’action se fait tant attendre… Du coup, comme le perso principal j’étais frustrée et sur mes gardes quand débarqua enfin LE moment tant attendu… Bref, finalement, ça envoie du pâté!

J’ai fait plein d’autres belles découvertes durant ces presque 6 mois d’absence de la blogosphère, je vous mets quelques couvertures ci-dessous mais n’hésitez pas à aller jeter un coup d’œil à ma bibliothèque sur Goodreads.

there-may-be-a-castle howls-moving-castle fortunately-the-milk swan  wonderstruck  dumplin  like-magic orange

Pssstt… hey toi, si t’as envie que je chronique un de ces livres, ptete que si tu demandes gentiment j’exaucerai ton vœu… 😉

Quelques flop parmi mes lectures, rien de dramatiques, mais les livres suivants n’ont pas su toucher ma corde sensible comme je l’espérais :

neverwhere natural-way-of-things dragonkeeper

  • Neverwhere de Neil Gaiman (VF = même titre)
  • The Natural Way of Things de Charlotte Wood (VO uniquement)
  • Dragonkeeper de Carole Wilkinson (VF= Liu et le vieux dragon)

2. Chronique d’ailleurs

Je triche encore avec des articles qui datent parce que je l’avoue j’ai pas vraiment lu de chronique en ce début 2017…

3. Lien adoré (hors chronique littéraire)

Quelle Venn ! (#venn-diagram-allez-vous-faire-lire-songe-a-la-douceur-clementine-beauvais11) — recommandations de lecture en Venn Diagram par Allez vous faire lire. (Oh fait ça compte ça comme lien adoré hors chronique littéraire ? hein ? ) Comme d’habitude Lupiot m’inspire ! C’est le genre d’article qui  fait briller mes petits yeux et met mon cerveau en ébullition. Non mais, sans blague, admirez l’idée ! et le résultat ! J’ADORE ! J’en veux ENCORE !

 

4. Réalisation personnelle

Honnêtement, les amis, je pensais que y avait pas grand chose de joyeux à vous raconter pour le mois de janvier 2017. Mais quand même :

  • Il paraît que j’ai vachement amélioré mon anglais à l’écrit.
  • J’ai reçu deux ou trois super feedbacks de clients à la librairie.
  • Le Dumbledore de la communauté australienne des libraires m’a fait le plus beau des compliments ever en disant que je fais partie du haut de sa mental-list des personnes à embaucher si il ouvre une librairie. (Oui, je me la pète carrément et j’ai carrément la grosse tête, ça va, j’ai le droit quand même !)

Bref, comme tu le vois en ce moment les happy moment de ma vie sont très littéraires. Avec un peu de chance, j’aurais bientôt le temps de réaliser d’autres petits rêves et d’étendre un peu mes occupations à d’autres domaines. Peut-être ?

En tout cas j’ai plein d’idées d’articles en attente et surtout je meurs d’envie de vous introduire à la littérature australienne ! Alors je vous dis à très bientôt 😉

Merci Lupiot pour cette occasion en or de faire mon come back !

 

 

 

 

Publié dans blogosphère, la toile littéraire | 2 commentaires

Dragonfly song – Wendy Orr

dragonfly-songtitle: Dragonfly Song
author: Wendy Orr

publisher: Allen & Unwin
date of publication: july 2016

my bookreview: Aissa seems to have been cursed since the very beginning of her life. A series of misfortunes causes her to be cast out everywhere she goes. In order to regain dignity and identity she will do everything she can. Every year, two tributes are taken away as bull dancers. This seems to be her chance to change her life. If Aissa can be one of them and survive it, she will return to the island as a hero, freeing her people from the terrible sacrifice.
Dragonfly Song is a beautiful and lyrical novel that fills you with both heartbreaking and hopeful feelings. Don’t wait to join Aissa on this mythological quest!

mark: 4/5
recommended age: from 12 yo

Publié dans australian books, my bookreviews | Tagué | Laisser un commentaire

[BOOKTUBE] 10 VIDEOS POUR TE CONVAINCRE DE SUIVRE DES BOOKTUBEURS FRANCAIS

Les habitués de la blogosphère littéraire ont sûrement remarqué que dès qu’on met un pied dans cet univers, on flirte rapidement avec celui de booktube !

J’avoue passer beaucoup plus de temps à regarder des vidéos de ces youtubeurs littéraires qu’à lire des critiques sur des blogs. Du coup, j’ai trouvé quelques perles, que j’ai envie de partager avec vous.

Il existe mille bonnes raisons de regarder ces vidéos. Parce qu’en fait le booktubeur est une espèce très variée. (Un peu comme dans la nature y a les énergumènes dont t’as jamais entendu parlé et ceux que tu vois tous les jours. Y en a des rigolos et des imprévisibles…)

DÉCOUVRIR AVEC BOOKTUBE

En général ils te font découvrir des livres (Oui, je sais, c’est incroyable et complètement inattendu) Parfois, un genre littéraire que tu connais peu ou mal. Mais il y a aussi :

  • La vidéo qui te fait découvrir d’autres BOOKtubeurs

    La planète francophone des booktubeurs est majoritairement peuplée d’êtres féminins. Bulledop en fait partie et pour nous, elle a réussi à dénicher quelques booktubeurs mâles, une espèce rare que vous ne connaissiez peut-être pas encore !

  • La vidéo qui te fait découvrir d’autres YOUtubeurs (qui savent lire ! Si, si!)

    Bulledop (encore!) ne manque pas d’idées originales pour alimenter sa chaîne. Elle propose maintenant des vidéos qui feront découvrir un youtubeur (non booktubeur!) et son coup de cœur littéraire.

  • La vidéo qui te fait REdécouvrir un livre et même changer d’avis (genre, sur ta pire expérience littéraire)

    Lemon June nous propose de donner une seconde chance à un classique : Le Grand Meaulnes. Ces arguments bétons et son enthousiasme ne manqueront pas – j’en suis sûre – de vous convaincre vous aussi de relire ce chef-d’œuvre ! 

APPROFONDIR AVEC BOOKTUBE

Si t’es déjà un(e) passionné(e) de lecture ou si t’es un(e) curieux(se) insatiable, Youtube est l’endroit parfait pour nourrir ton désir de savoir et de connaissances. Les booktubeurs t’abreuveront à foison de vie d’auteurs, mouvements littéraires et effets de style mais aussi actualité littéraire, évolution/avenir du livre et de ses métiers…

  • La vidéo qui te rappelle qu’on est au XXIe siècle et qu’il serait temps de se mettre au numérique

    Les booktubeurs sont à la page (haha), ils suivent l’actualité littéraire papier mais aussi numérique ! Kilke de La Brigade du livre sait de quoi il parle quand il s’agit d’e-book :

  • La vidéo qui te donne l’impression de regarder Arte (tellement elle t’abreuve de savoir)

    Allez, je vous en mets même deux pour le prix d’une 😉

    • Le Marque-Page propose des analyses divertissantes d’œuvres phares : grand classique ou dernier prix Goncourt.

    • Sur la chaîne JPDepotte on découvre les recettes d’Alchimie des romans.

  • La vidéo qui explore ce qui fait d’une bonne histoire, une bonne histoire (eh ouais, c’est pas si simple mais c’est la base !)

    Dans ses vidéos de la catégorie Storyfication, Page 42 ne nous parle pas de livre mais plutôt de tout ses ingrédients : imagination, personnages, scénarios, style d’écriture, suspension d’incrédibilité, toussa, toussa…

BONUS

  • La vidéo qui t’en met plein la vue

    Ils ont du talent pour la mise en scène, le jeu d’acteur, le montage etc… C’est hyper original et c’est bien fait. Moi je suis bluffée par  le boulot de ces deux chaînes :

    • Miss Book une équipe déjantée qui nous livre ses critiques littéraires avec humour.

    • La Brigade des Livres vous réserve un scénario de science-fiction qui colle parfaitement à ses thématiques.

  • La vidéo qu’il faut envoyer à toute ta famille pour t’assurer d’avoir des super cadeaux à Noël !

    Super Libraire c’est ma booktubeuse chouchoute du moment, elle est rigolote et elle a vachement bon goût. Et puis, elle est tellement convaincante… j’ai envie de lire TOUS les livres qu’elle a présenté (même ceux que j’ai déjà lu et pas aimés, j’te jure, elle est forte…) ! Mate donc cette vidéo ça va te sauver la vie :

Évidemment, y a plein d’autres chaînes à découvrir. D’ailleurs si tu veux partager tes découvertes tu peux lâcher des coms ! 😛

 

Publié dans booktube, la toile littéraire | Tagué | 7 commentaires

LA RELECTURE#2 – [Relire en VO] Le Passeur / The Giver by Lois Lowry

Quand tu relis une œuvre dans sa version originale, tu connais déjà l’histoire et si la traduction est bonne tu reliras exactement la même histoire. Et pourtant… Pourtant, tu la savoureras autrement même si, comme moi, tu n’es pas de ceux qui aiment relire des livres. Tout simplement, parce que tu goûteras une autre langue. Parce que les mots ne résonneront pas de la même manière dans ta tête. Ils n’auront pas la même saveur sur ta langue.

MON RÉSUMÉ

le passeurPublié en 1993 dans sa version originale, Le Passeur raconte l’histoire de Jonas, un garçon de 12 ans qui vit paisiblement dans une communauté apparemment idyllique. La vie de Jonas ainsi que celle des autres citoyens est incroyablement paisible. Rien ne vient perturber ce calme, ni pauvreté, ni racisme, ni sexisme, ni pollution, ni sans-abris, ni orphelins etc. Aucune injustice. Tout semble parfaitement organisé et planifié. Dans cette société, après avoir soigneusement observer leurs aptitudes, on attribue à chaque enfant de 12 ans, une position dans la société. En général, il y a peu de surprises lors de la douzième cérémonie car les enfants ont souvent déjà trouvé leur voie lors des volontariats. Mais ce n’est pas le cas de Jonas et rien n’aurait pu le préparer au rôle que le Comité des Sages lui réserve : dépositaire de la Mémoire.

LA V.O

the giverComme dans la version française, le vocabulaire et les phrases sont très simples. The Giver est donc idéal pour ceux qui commencent tout juste à lire en anglais. Les premières phrases ci-dessous vous convaincrons certainement :

« It was almost December, and Jonas was beginning to be frightened. No. Wrong word, Jonas thought. Frightened meant that deep, sickening feeling of something terrible about to happen. Frightened was the way he had felt a year ago when an unidentified aircraft had overflown the community twice. He had seen it both times. »

Personnellement, j’ai une préférence pour le titre en français.
Le Passeur, cest plus poétique, non ?

MA RELECTURE

Ma relecture de Le Passeur en anglais, m’a permis d’identifier et d’analyser plus en profondeur ce que j’avais déjà apprécié dans une première lecture. Ainsi, j’ai réalisé à quel point ce livre pourtant bouleversant était facile à lire. Les phrases de Lois Lowry sont d’une simplicité étonnante. Elle utilise des mots ordinaires mais qui sonnent juste. Chaque détail, chaque description de l’univers qu’elle a créé donne une signification plus profonde à son histoire.

« La petite fille hocha la tête et regarda sa veste, avec ses rangées de gros boutons qui faisaient d’elle une sept-ans. Les autre, cinq et six-ans portaient tous des vestes fermant dans le dos de façon à devoir s’entraider pour d’habiller et à apprendre ainsi l’interdépendance. »

« Un jour, lorsqu’il était un quatre ans, il avait dit, juste avant le repas de midi à l’école : « Je meurs de faim. » On l’avait immédiatement pris à part pour un petit entretien en précision du langage. Il ne mourrait pas de faim, n’était jamais mort de faim et ne mourrait jamais de faim dans la communauté. Dire qu’il mourrait de faim était un mensonge. Un mensonge involontaire, bien sûr. Mais la précision du langage permettait de s’assurer que personne ne dise jamais de mensonges involontaires. »

Rien n’est anodin mais tout est dit très simplement. C’est ce qu’on appelle aller à l’essentiel, comme le dit très bien Pumpkinbean dans sa chronique sur Le Passeur : « C’est écrit de façon simple, sans élucubrations ni hyperboles. Les phrases sont courtes, l’auteur va à l’essentiel et c’est ce qui fait que l’on est pris par l’intrigue du début à la fin. »

MON REGARD D’ADULTE

L’âge des personnages n’est pas un hasard non plus. Vous l’aurez sans doute remarqué, beaucoup de livres pour la jeunesse ont pour héros un enfant de 12 ou 13 ans. Il ne s’agit pas simplement de pouvoir s’identifier au lecteur mais bien d’un âge clé. C’est le début de l’adolescence. Or, dans The Giver, c’est à cet âge précis que l’enfant reçoit sa fonction future, autrement dit, sa place dans la société. Plus que le simple apprentissage d’un métier, c’est l’apprentissage de la vie qui commence pour Jonas. Car, notre héros, lui, sera Dépositaire de la Mémoire. Son mentor lui transmet la mémoire de son peuple. Un symbole fort de l’entrée dans le monde adulte car notre héros prend maintenant connaissance de beaucoup de choses : horreurs de la guerre, douleur du monde. Eh oui, devenir adulte c’est aussi faire face à la dure réalité de la vie et on est jamais vraiment prêt. « He wanted his childhood again ».

Jonas va également se confronter pour la première fois à la mort dont la réalité lui apparaissait jusqu’alors déguisé en un simple départ vers l’Ailleurs. C’est également à ce moment là que le jeune garçon découvre le mensonge et la possibilité que des adultes lui aient déjà mentis et continuent de lui mentir. La désillusion totale. Mais bon, nous aussi on a cru au Père Noël, non ?

« Après avoir lu ce livre on se dit que le monde dans lequel on vit n’est pas si mal » disent certaines chroniques. Certes, notre monde n’est pas aussi extrême que celui dans lequel Jonas vit. Nous avons le droit d’exercer notre libre-arbitre, de ressentir du désir, du plaisir, du bonheur et de l’amour. Bref, on est libres d’être pleinement humains.

Mais je crois qu’on a pas mal de leçons à tirer de ce roman car Lois Lowry n’est pas allée chercher son imagination n’importe où. Comme beaucoup d’auteur de science-fiction et autres romans d’anticipation, elle s’est inspirée de ce qu’il y avait autour d’elle ! Lois Lowry a ainsi décidé de se débarrasser des problèmes : de la pauvreté, des crimes, de l’injustice, etc. Toutes les inégalité qui existent dans notre société ont disparu dans Le Passeur. Tout aussi totalitaire qu’est la société dans laquelle Jonas vit, c’est d’abord un monde utopique dans lequel le lecteur aimerait bien vivre (jusqu’à ce qu’il découvre ce que cela cache).

A mes yeux, ce monde utopique (finalement dystopique) qu’elle a créé n’est en fait qu’un miroir déformant de notre propre société, dénonçant ces défauts tout en mettant l’accent sur ce qui fait de nous des êtres humains (libre-arbitre, amour, relations sociales, émotions).

EN CONCLUSION

« She throws her characters and readers in thought-provoking situation » peut ont lire à propos de l’auteure, dans l’avant-propos de l’édition anglaise. « Elle projette ses personnages et ses lecteurs dans des situations qui pousse à la réflexion. » On ne peut plus vrai ! Le Passeur est un roman qui offre de nombreuses pistes de réflexions philosophiques : le rôle de la mémoire et des souvenirs ; le mensonge et la vérité ; la liberté ; la vie en communauté ; l’indépendance et l’interdépendance ; la vie et la mort ; les choix ; Bref, le sens de la vie. C’est pourquoi, sa re-lecture est un exercice riche malgré la simplicité de l’écriture.

Publié dans bibliothérapie, relecture | Tagué , | 2 commentaires